L’année 2022 a été un tournant décisif dans la mise en œuvre du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture depuis le début de sa phase opérationnelle. Elle a vu la réalisation d’importantes activités.

A la date du 30 novembre, sur 58 activités planifiées au titre de la même année, les taux de réalisations physique et financier sont respectivement de 53,87% et 3,23%. Seules 2 activités n’ont pas pu démarrer, 17 sont complètement achevées et 42 sont toujours en cours de réalisation.

Parmi les faits marquants, le ministère de la Communication, de la culture et du tourisme a réussi le pari de l’organisation du premier cycle du programme transversal de formation qui a connu son épilogue le 24 novembre 2022 à Ouagadougou. A cet effet, 74 participants dont 31 acteurs de l’administration publique et 43 opérateurs privés sont allés à l’école de montage et de gestion de projets culturels pour le développement des industries créatives.

Le 31 mars, le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) a procédé au lancement du deuxième appel à projets à la suite du premier qui avait permis de financer 74 projets innovants à hauteur de 1 277 324 755 Francs CFA.

Le 15 novembre, les experts évaluateurs recrutés au FDCT ont rendu le verdict de l’examen minutieux de 532 dossiers de demande de financement. 80 structures culturelles, reparties dans les trois filières prioritaires retenues dans le cadre du Programme sont sacrées lauréates du deuxième appel à projets couplé de l’année 2 et 3 du Programme. Le montant total de cette subvention s’élève à 2 558 52 356 Francs CFA.

Dans la région des Hauts-Bassins, au moins 90 acteurs culturels et du tourisme culturel ont été outillés sur les techniques de mise en marché des biens et services culturels. Aussi, les travaux de concertation entre le Conseil régional des Hauts-Bassins et les opérateurs culturels de la région ont permis d’affiner, le schéma du portail culturel, vitrine des potentialités culturelles et touristiques de la région. Le FDCT s’est également rapproché de ses usagers dans cette partie du Burkina par l’opérationnalisation de son antenne régionale.

Tout comme en 2022, en 2023 le PAIC GC mûrit de grandes ambitions au service d’un secteur culturel dynamique et pourvoyeur d’emplois et de richesse.

Bonne et fructueuse année pleine de créations innovantes pour nos promoteurs culturels !

Le service de  communication du PAIC GC

Ouagadougou, le 5 décembre 2022, le ministre de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme (MCCAT), Jean Emmanuel Ouédraogo et Wolfram Vetter, chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, partenaire technique et financier du MCCAT dans le cadre du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) ont présidé la cérémonie officielle de remise des chèques aux lauréats du deuxième appel à projets du Programme.

Cette étape marque le début de l’exécution des projets retenus. Au nom des 80 structures culturelles lauréates, des représentants de six d’entre elles ont reçu leurs chèques au nom de l’ensemble des bénéficiaires. Ils sont issus des trois filières prioritaires retenues dans le cadre de ce Programme, à savoir les « arts de la scène », les « arts plastiques et appliqués » et le « cinéma et l’audiovisuel ». Le montant de l’enveloppe financière s’élève à 2 194 461 325 FCFA.

 

A gauche, Wolfram Vetter, ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, partenaire du ministère en charge de la culture dans le cadre du PAIC GC remettant au premier responsable du MCCAT, Jean Emmanuel Ouédraogo,  le chèque de la subvention globale du 2e appel à projets.

Ce sont désormais 154 projets structurants financés à hauteur de près de quatre milliards FCFA par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) avec l’appui de l’Union européenne au Burkina Faso dans le cadre des appels à projets du PAIC GC.

Créer des emplois pour les jeunes

Une satisfaction générale pour le partenaire, Union européenne (UE) au Burkina Faso. En effet, Wolfram Vetter, chef de la délégation de l’UE au Burkina Faso s’est réjoui de pouvoir, à travers ce Programme, participer à la professionnalisation des acteurs culturels et à la création d’emplois pour les jeunes, en droite ligne des objectifs communs du gouvernement burkinabè.

Le ministre en charge de la culture, Jean Emmanuel Ouédraogo, quant à lui, a dans son allocution adressé la reconnaissance du gouvernement burkinabè envers la DUE au Burkina Faso pour son engagement pour le développement de la dimension économique du secteur culturel.

Des notes d’espoir…

Et d’exhorter les lauréats à une bonne mise en œuvre de leurs projets à même d’améliorer la qualité et la compétitivité des biens et services culturels qui en seront issus.

Edwige Toguyeni, responsable du Centre Innova, basé à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est du Burkina Faso  espère avec cette subvention former une soixantaine de jeunes filles et femmes déplacées internées aux métiers du tissage et de la teinture traditionnelle

Parmi les heureux gagnants du jour, Edwige Toguyeni, responsable du Centre Innova, basé à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est du Burkina Faso. « J’ai commencé le tissage et la teinture en 1986. Et c’est en 2012 que je me suis formalisé à travers un centre de formation dénommé Centre Innova pour former les jeunes femmes et les jeunes filles ». La structure est lauréate d’une subvention de 15 135 363 FCFA accordée pour le renforcement des capacités de 60 jeunes filles et femmes déplacées internes dans la ville de Fada N’Gourma aux techniques de tissage et de teinture.

Désormais, il est attendu de ces lauréats une mise en œuvre efficiente de leurs projets dans le respect des clauses du contrat de subvention établie et signé entre les deux parties.

Rappelons que tous les projets retenus auront une durée maximale de 14 mois en raison de la clôture prochaine de la présente phase du Programme.

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) a tenu, les 2 et 3 décembre 2022, à Ouagadougou, un atelier de renforcement des capacités des bénéficiaires de subventions du deuxième appel à projets du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC). Objectif, doter les participants de rudiments pour signer et bien gérer le contrat de mise en œuvre de leurs projets.

Durant 48 heures, les premiers responsables et les gestionnaires comptables et financiers des structures bénéficiaires ont été outillés sur la gestion du contrat de subvention, la gestion comptable et financière des subventions, la fiscalité, le suivi-évaluation axé sur les résultats et le droit d’auteur.

Après cette étape, les bénéficiaires devront signer les contrats de subvention engageant l’exécution de leurs activités.

Les acteurs des arts de la scène et des arts plastiques et appliqués dans la bonne humeur s’imprégnant des règles de gestion des contrats de subvention.

Au cours de la session, les participants ont pu découvrir les innovations apportées dans le contrat du deuxième appel à projets du PAIC GC.

A cet effet, les responsables techniques, financiers et comptables du FDCT et les assistants techniques Long terme du Programme se sont, tour à tour, appesanti sur la gestion des contrats et plus spécifiquement le modèle de contrats élaborés dans le cadre du PAIC GC tout en répondant aux préoccupations des participants.

 

Les acteurs de cinéma réunis autour des questions de bonne gestion comptable.

Dès lors, l’appel a été lancé aux lauréats du présent appel à projets à une bonne gestion de leurs contrats pour éviter leur suspension temporaire ou définitive de tout appel à projets financé par le FDCT ou le remboursement total ou partiel des dépenses irrégulières.

Faut-il rappeler que les résultats de ce deuxième appel à projets dans le cadre du PAIC GC avaient été proclamés le 15 novembre 2022 retenant 80 structures culturelles sur 532 dossiers de demande de financements reçus au départ. Les projets initialement prévus pour une durée de 18 mois devront être exécutés en 14 mois pour tenir compte des échéances de fin du Programme.

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Avec le projet « La marche des jeunes cinéastes », la structure de sensibilisation et de production audiovisuelle, Cinomade, basée à Bobo Dioulasso a réussi à initier des jeunes âgés de 18 à 25 ans à l’écriture de scénarii, à la production et à la réalisation cinéma grâce au financement reçu dans le cadre du premier appel à projets du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC).

« Nous avons constaté avec la structuration des bénéficiaires qu’il n’y avait pas de représentation cinématographique au niveau des deux autres provinces de la région des Hauts-Bassins à savoir la province du Tuy et celle du Kénédougou et il fallait y remédier ». C’est ce constat qui a prévalu à la formulation du projet « La marche des jeunes cinéastes », selon Lamissa Ouattara, président de l’association Cinomade.

Lamissa Ouattara, Président de l’association Cinomade de Bobo Dioulasso

Il s’agit d’un projet de dynamisation du secteur du cinéma dans la région par l’initiation des jeunes des provinces du Houet, du Kénédougou et du Tuy à l’écriture des scénarii, à la production et à la réalisation cinéma.

Dans sa démarche, le projet a permis également la structuration et le renforcement des capacités des bénéficiaires qui au départ manquaient d’opportunités de formation dans le domaine du cinéma, compte tenu de leur situation géographique. Une action louable qui trouve tout son sens puisqu’elle permet de répondre à l’une des missions du Programme qui est de former les acteurs culturels pour renforcer la qualité et les capacités de production des industries culturelles et créatives nationales.

A cet effet, des équipes de formateurs composées de personnes aguerries dans les différentes chaînes de valeurs du cinéma ont sillonné les trois provinces de la région pour donner les rudiments nécessaires à l’économie cinématographique de ces localités.

Partage d’expériences réussi entre les devanciers dans le domaine du cinéma et les plus jeunes dans la province du Tuy , Houndé.

Initialement, il était attendu 15 participants à ce projet.  Au vu de l’engouement autour de l’appel à candidature lancé, le nombre de bénéficiaires a été revu à la hausse, passant à 20 au grand bonheur de la jeunesse et du secteur de la culture des localités concernées. Précisément, 10 participants ont été retenus dans la province du Houet, 5 autres jeunes en ont bénéficié dans la province du Kénédougou et 5 participants dans la province du Tuy. « Certains exerçaient dans le domaine du cinéma mais la plupart le faisait de façon informelle » explique Lamissa Ouattara.  « Avec ces expertises qui sont venues les accompagner, aujourd’hui ils ont un regard cinématographique puisque certains notamment dans le Tuy et dans le Houet ont commencé à produire quelques capsules qui circulent. »

Traiter les maux du cinéma dans la région autour des débats

« La marche des jeunes cinéastes » comprend deux volets. Le premier est l’initiation aux métiers du cinéma et l’autre consiste en la production d’une émission télévisuelle. Elle sera une occasion « de discuter des difficultés autour du secteur du cinéma dans la région des Hauts-Bassins pour trouver avec les acteurs eux-mêmes les solutions de redynamisation ». Au moment où nous réalisions l’interview, les épisodes de l’émissions étaient toujours en cours de tournage.

Pour rappel, ce projet fait partie des 74 projets soutenus par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) dans le cadre du PAIC GC cofinancé par l’Union européenne (UE) au Burkina Faso. Son coût total d’exécution s’élève à environ 20 millions FCFA dont 17 716 123 FCFA accordés par le FDCT et son partenaire.

Mariam OUEDRAOGO/ Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Dans le cadre du premier appel à projets du PAIC GC, l’Association des jeunes plasticiens du Burkina (AJP-B), composée de plus de 80 membres exerçant dans le domaine de la promotion des arts plastiques, a obtenu une subvention de 9 millions Francs CFA pour la réalisation de son projet « Afric’Art ». Ce projet vise à mettre en lumière les artistes plasticiens et leurs œuvres.  

« Afric’Art », projet éponyme de l’émission télévisuelle consiste à donner de la visibilité au domaine des arts plastiques, à ses acteurs, à leurs œuvres et à les faire connaître aux populations. L’idée a germé en l’absence de tribune d’’expression de l’art que nous exerçons, argue Moumouni Savadogo, président de l’Association des jeunes plasticiens du Burkina (AJP-B).

Moumouni Savadogo, président de l’Association des jeunes plasticiens du Burkina (AJP-B)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le projet s’est réalisé en deux phases à partir du mois de juillet 2021. La première partie était consacrée au recensement des sites historiques de trois villes du Burkina Faso et l’autre, à la rencontre d’artistes plasticiens modèles.

Six artistes plasticiens de trois régions du pays ont été recrutés à cet effet. Il s’agit des frères Ouattara, deux artistes sculpteurs réputés de la ville de Bobo Dioulasso. Un autre artiste peintre du nom de Moustapha Sanou, installé dans la ville de Sya ; le sculpteur peintre Arnaud Raphaël Pemutet de la ville de Koudougou par ailleurs promoteur de « La folie de l’art » ont été mis à contribution. Dans la ville de Ouagadougou les intervenants sont Amidou Ouédraogo, un bronzier ; Ahoua Yaméogo, une artiste peintre et Grégoire Sawadogo, un artiste sculpteur.

Le coût total du projet s’élève à environ 11 millions FCFA. Le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) et son partenaire l’Union européenne ont contribué à hauteur de 9 millions Francs CFA et la part contributive de l’association s’étend à 20%, explique Moumouni Savadogo. Pour le succès du projet, l’association a également bénéficié des partenaires du Programme « de séances de renforcement des capacités pour l’utilisation judicieuse des fonds à elle alloués ».

Le clou de ce projet est la diffusion d’une émission télévisuelle d’une heure sur les antennes des chaînes nationales et du bouquet satellitaire.

« C’est dans un studio que nous allons recevoir ces différents artistes pour faire la dernière capsule », détaille le premier responsable de l’association en fin février 2022.

Au cours de l’émission « nous allons recevoir les artistes plasticiens retenus dans la cadre de ce projet sur un plateau, en présence de critique d’art pour échanger des difficultés et pistes de survie du secteur. » Cela, après avoir visité leurs ateliers de travail à la découverte des conditions dans lesquelles ils exercent leurs métiers ».

L’historique de quelques monuments retracé…

En marge de Afric’art, les membres de l’association ont voulu apporter une réponse à la méconnaissance de l’histoire de certains monuments et œuvres d’art implantés dans les villes. Dans cet élan, « nous avons réalisé un travail conjoint avec les mairies pour identifier les œuvres et monuments dans les villes de Ouagadougou, Koudougou et Bobo Dioulasso » poursuit Moumouni Savadogo. « Nous avons fait des prises de vue et rédigé l’histoire de six œuvres d’art pour mieux informer les populations.  De notre constat, l’historique des œuvres et monument faits par les créateurs n’est pas toujours connue. » a-t-il tranché.  A l’issue de cet exercice, deux monuments ont été identifiés à Bobo Dioulasso, une œuvre ranimée dans la cité du cavalier rouge et trois autres à Ouagadougou.

L’AJP-B reste convaincue qu’à travers la mise en place de ces différents moyens de communication, elle pourra faire connaitre au public national burkinabè les arts plastiques et leurs œuvres et les inciter à plus en consommer.

Pour tout besoin, elle est joignable au 00226 69-06-71-71/76-76-90-70 et à l’adresse email : momoart2017@gmail.com.

Son siège social est situé à Ouagadougou, précisément au quartier Karpala, Secteur 51.

Mariam OUEDRAOGO/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Les membres statuaires et ceux observateurs du comité de revue du programme budgétaire « pilotage et soutien aux services du MCCAT » ont examiné ce 17 novembre 2022 le rapport de mise en œuvre du Plan de travail et de budget annuel (PTBA) au 30 juin 2022, date de clôture de la deuxième année de mise en œuvre du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC).

La coordination du Programme notamment, le service en charge du suivi-évaluation a présenté l’état de mise en œuvre du PAIC GC au titre des activités inscrites dans le PTBA entre le 1er juillet 2021 et le 30 juin 2022. De façon globale, il est en bonne marche et engrange des résultats encourageants au terme de la deuxième année de mise en œuvre. En dépit des soubresauts politiques et des défis rencontrés, les taux de réalisations physique et financier sont respectivement de 53,87% et de 3,23%. Sur 58 activités planifiées en 2022 ; 14 ont été entièrement réalisées, 42 sont en cours de mise en œuvre et 02 sont en attente de démarrage.

 

Une vue des participants à la session

Spécifiquement, le bilan dans la composante « décentralisation culturelle » portée par le Conseil régional des Hauts-Bassins et la direction régionale de la culture de cette région réconforte au regard des taux de réalisation physique et de réalisation financière. « Dans les Hauts-Bassins des taux de réalisation physique et financier estimés respectivement à 87,26% et 30,91% ont été atteints ». Le pilotage de ses activités, confié à l’Agence Régionale de développement (ARD), une structure autonome justifie cette performance. En effet, les délais d’exécution des activités étaient respectés car les procédures administratives étaient traitées sur place.

Cependant, le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) et le Ministère de la communication, de la culture des arts et du tourisme (MCCAT) ont connu des retards significatifs, dans le démarrage et l’exécution de leurs missions, dus aux évolutions politiques. Ainsi donc, le FDCT réalise un taux physique de 39,29% contre un taux financier de 0,86%. La composante « renforcement de la gouvernance culturelle », échue au MCCAT a atteint des taux de réalisation physique et financier de 35,06% et de 21,80%.

Une vue des membres du comité de revue présents à la session

Le comité de revue est un organe d’orientation et d’accompagnement du Programme.  Après avoir examiné les difficultés à l’atteinte des objectifs du Programme, le comité a formulé des recommandations qui seront transmises à qui de droit. En attendant, il espère voir la mise à disposition à bonne date des ressources de la contrepartie nationale et la tenue régulière des comités de revue et de capitalisation dans un élan de communication accrue autour des actions du PAIC GC.

Quelques résultats majeurs

4 indicateurs sur les 14 évalués ont atteint leurs cibles :

  • La proportion d’emplois formels dans les filières prioritaires s’est établie à 56,60% sur une cible prévisionnelle de 54,69% ;
  • Le taux d’accroissement du nombre d’entreprises culturelles formelles a été évalué à 11,30% sur une cible attendue de 11,00% ;
  • La valeur des dotations de l’Etat en faveur du FDCT a atteint la somme de 1,753 millions d’euros sur une estimation prévisionnelle de 1 million d’euros ;
  • Le nombre d’agents publics et d’acteurs non étatiques des filières prioritaires formés par le Programme s’est établi respectivement à 30 et 45 conformément aux cibles prévisionnelles.

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

 

Les femmes riveraines des rues des Récréâtrales, situées dans le quartier Gounghin de Ouagadougou ont réalisé une belle performance, en compagnie d’autres professionnels de la danse au cours du spectacle « À nos combats », en marge de la 12e édition des Récréâtrales. Cette création alliant à la fois danse et théâtre a été riche en intensité et en élégance. En plus de la prestation artistique, ces dames devenues artisan ont fait de bonnes affaires dans les rues de festival en vendant aux visiteurs des produits qu’elles ont elles-mêmes confectionnés. Des écharpes, des sacs et des pagnes en Faso Dan Fani, le pagne traditionnel du Burkina Faso, tissé à la main avec de la cotonnade.

Au moins une trentaine de femmes du quartier Gounghin sont déjà bénéficiaires du volet formation des Récréâtrales 2021-2022 soutenu par le PAIC GC dans le cadre du premier appel à projets.

La plupart sont des mères au foyer.  « Depuis plus de 2 ans, les Récréâtrales nous ont donné l’opportunité d’être formée en développement personnel, en teinture, en tissage et en couture. La formation en développement personnel nous a permis de sortir de notre bulle et de vaincre la timidité », explique Agathe Séré née Nombré, Responsable de l’Association des dames des Récréâtrales.  Il y a quelques années, elles se contentaient de nettoyer et d’arroser les rues abritant le festival « les Récréâtrales ».

Des pagnes traditionnels du Burkina Faso confectionnés par les braves Dames de Récréâtrales , en vente

Au titre du premier appel à projets du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC), le Fonds de développement culturel et touristique et l’Union européenne au Burkina ont soutenu l’association les Récréâtrales pour la mise en œuvre de ce projet par une subvention de 18 742 500 F CFA.

Alice Kaboré/Sanon, l’une des participantes à la formation sur le développement personnel vit désormais de meilleures conditions. « Cette formation a ouvert mes yeux. Je n’étais pas à mesure de prendre des décisions par moi-même. En matière de gestion d’économie, j’avais des difficultés à gérer mes ressources.  Depuis lors, il y a beaucoup d’amélioration dans nos conditions de vie. En plus de cela, je n’avais même pas le courage de m’exprimer devant quelqu’un. J’ai maintenant vaincu mes peurs. »

Alice Kaboré/Sanon, riveraine des rues des Récréâtrales a désormais vaincu sa timidité et sait mieux gérer ses économies

Passer de couturière à artiste-couturière

Une soixantaine de femmes, toutes riveraines du quartier sont concernées à terme. Pour l’instant, une première cohorte de 28 personnes en sont bénéficiaires dont Pascaline Zida née Taoko.  Elle ajoute désormais les talents de créatrice de mode à son métier de couturière. En effet, en attendant de voir son chiffre d’affaires augmenter, dame Zida confectionne désormais des sacs en Faso Dan Fani qu’elle expose aux passants.

Après le rendez-vous théâtral, où  une bonne partie des productions ont pu être écoulées,  les produits sont disponibles à l’atelier de travail des « Dames des Récréâtrales » sis non loin du siège des Récréâtrales, dans le quartier Gounghin de Ouagadougou.

Contacts : 00226 70-73- 38- 05/64-04-11-87

Mariam Ouédraogo/ Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

« Renforcement de la gouvernance de la culture ». C’est l’une des ambitions nourries et exprimées sous forme de composante par le Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC). Le ministère de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme est délégué à sa mise en œuvre. Rasmané Kamba, conseiller technique dudit ministère, par ailleurs premier responsable de la composante « Renforcement de la gouvernance de la culture » explique la vision de l’institution.  

Mariam Ouédraogo (M. O) : Quelle est la date de démarrage effectif des activités de votre composante ?

Rasmané Kamba (R. K) : Trois mois après le démarrage du projet intervenu en août 2020, nous avons commencé l’acquisition de certains matériels, parce que sans ce matériel il était difficile de dérouler ce que nous voulons faire. Les différentes passations de marchés pour les acquisitions se déroulent normalement et lorsque le matériel est réceptionné, la répartition se fait automatiquement.

M. O : Quelles sont les missions de la composante pilotée par le ministère en charge de la culture ?

R. K : Le ministère de la culture est chargé du renforcement des capacités des acteurs ; cela sous-entend une dynamique d’amélioration de la gouvernance du secteur culturel. A cet effet, l’accent doit être mis sur plusieurs volets. Par exemple, le premier volet s’intéresse à l’appui à l’amélioration des informations sur l’économie de la culture, le second concerne la formation des ressources humaines dans le but d’accompagner les acteurs sur le terrain. En fait, il s’agit d’une formation professionnelle spécialisée pour pouvoir accompagner les opérateurs culturels sur le terrain et l’appui à l’organisation des services du ministère. Dans le cadre de ce programme, il est prévu des acquisitions en moyens roulant et matériels de bureau afin de doter nos différentes structures centrales et celles déconcentrées en matériels pour leur permettre de réaliser les missions à elles confiées.

M. O : Y a-t-il un dispositif pour veiller à une utilisation efficiente des ressources allouées ?

R. K: Dans le cadre du PAIC GC, le ministère de la culture a mis en place un dispositif de suivi et de capitalisation. Une unité de pilotage au sein de laquelle toutes les composantes se retrouvent et une équipe des responsables chargés du suivi-évaluation font un examen périodique de la mise en œuvre des activités des trois composantes du Programme. L’Unité de gestion du projet (UGP) tient également des réunions par mois au cours desquelles le bilan d’exécution des différentes activités est produit. En outre, le comité de revue apprécie le travail exécuté et formule des recommandations à la semestrielle revue à mi-parcours du Programme. Il faut rappeler qu’à l’issue du bilan périodique que nous réalisons, nous tentons de recadrer les activités qui doivent l’être.

M. O : Quel bilan dressez-vous à mi-parcours des activités menées par votre composante ?

R. K: Nous avons mené déjà beaucoup d’activités. En ce qui concerne les acquisitions, nous avons déjà réceptionné des véhicules : le ministère de la culture et sa direction de la région de Hauts-Bassins en ont bénéficié. Toutes les directions régionales ont reçu des mobylettes qui peuvent faciliter la mobilité des différents agents. Du matériel informatique et des fournitures de bureau ont également été reçus. Nous avons donc acquis presque tout ce qu’il fallait acquérir. En outre , des sessions de renforcement des capacité ont eu lieu. Il y a eu la formation des opérateurs culturels que nous avons planifié au niveau des trois composantes. Dans chaque composante, il y avait des idées de formation. La synthèse de ces idées a abouti à une formation transversale qui a regroupé des promoteurs culturels privés, des institutionnels et des responsables des organisations faitières du secteur.

La première année de mise en œuvre du programme s’est faite quasiment dans les délais impartis et nous en sommes satisfait. S’il faut nous évaluer sur une moyenne de 10, on pourrait nous attribuer une note de 8/10.

Lire aussi

Mariam OUEDRAOGO/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Satisfecit général du niveau d’exécution des projets bénéficiaires du premier appel à projets du PAIC GC à l’issue de la deuxième visite de suivi-évaluation. Zoom sur le projet « Les artistes chez les sans art » mené à bien par le Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO) et celui de l’association Mouvement Arts en force à travers son programme de formation sur les rythmes et styles musicaux lobi dagara.

Avec le soutien de l’Union européenne, le FDCT a financé la réalisation de 74 projets sur le territoire burkinabè, dans le cadre du premier appel à projets du PAIC GC avec une enveloppe de 1 277 324 755FCFA. A la date du 21 octobre 2022, plusieurs ont effectivement bouclés leurs activités conformément aux directives de la convention de financement selon lesquelles, les projets ont un délai d’exécution maximal de 18 mois.

Parmi ces projets figurent, « Les artistes chez les sans art » et le programme de renforcement de capacités des instrumentistes sur les styles et rythmes de musique traditionnelle lobi, achevés depuis quelques mois. Cette deuxième mission conjointe de suivi-évaluation du FDCT, de la délégation de l’Union européenne (UE) au Burkina Faso et de la coordination du PAIC GC vise à constater les indicateurs contenus dans les rapports intermédiaires et de clôtures acheminés auprès des services du FDCT. Il s’agit entre autres du nombre d’emplois directs et indirects crées, de la cible atteinte, des pièces justificatives des dépenses ordonnées dans le cadre de la mise en œuvre du projet et du respect des calendriers d’activités. Sur ces questions, les voyants sont au vert chez les deux projets.

Le projet « Les artistes chez les sans art » du Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO) s’est exécuté entre février et avril 2022.

Il est allé à la rencontre de 160 jeunes filles et garçons en difficulté ou en conflit avec la loi dans les centres d’accueil de Orodara, Gampela, Dédougou et Gaoua. Pour leur dispenser des formations dans quatre disciplines, notamment en technique de conte, en jeu d’acteurs, en instrument traditionnels et en danse traditionnelle. Des explications de Salamata Sawadogo, administratrice adjointe du CITO, le projet « Les artistes chez les sans art » est un projet de formation qui a débouché sur une création d’un spectacle inspiré du vécu des personnes bénéficiaires, écrit et mis en scène par des professionnels. Quatre auteurs et quatre metteurs en scène ont également été recrutés dans la mise en œuvre de ce projet, bénéficiaire d’une subvention de 16 millions Francs CFA accordée par le FDCT et l’UE au titre du PAIC GC.

Salamata Sawadogo, administratrice adjointe du CITO

Tout comme au CITO, les résultats chez l’association Mouvement Arts force sont encourageants. En témoigne Djébal Konaté, responsable du portefeuille PAIC GC au FDCT, « il y a une satisfaction générale des partenaires que nous sommes ; le FDCT et l’Union européenne par rapport à la manière dont ces projets ont été conduits et le respect des procédures des partenaires en matière de dépenses à effectuer dans le cadre de ces projets. »

Le Mouvement arts force, quant à lui s’est orienté vers l’initiation des instrumentistes modernes aux rythmes et styles de musique lobi dagara. De facto, 20 acteurs de la filière musique moderne se sont familiarisés avec les styles musicaux tels le biir, le Baobouna, le gopê ; des sonorités du terroir lobi dagara. Désormais, ces acteurs musicaux sont aptes à exécuter des créations traditionnelles en y apportant des touches de modernités et vice versa. Le tout, pour la satisfaction des artistes et des mélomanes.

A gauche Ollo Dah Président de l’association Mouvement Arts force et à droite Djébal konaté , responsable du portefeuille PAICGC au FDCT tenant le rapport de fin d’exécution du projet.jpg

« A ce jour, des arrangeurs et des instrumentistes modernes ayant au moins une dizaine d’année d’expérience dans le domaine en compagnie de jeunes artistes sont allés dans les profondeurs de la musique d’inspiration lobi dagara et peuvent désormais offrir leurs services à des artistes à la recherche d’inspiration traditionnelle. Un jacket de 4 titres a été produit » se réjouit Ollo Basile Dah, président de l’association Mouvement Arts force et coordonnateur du projet.

Pour rappel, la formation aux rythmes et styles instrumentistes lobi dagara s’est déroulée du 23 au 28 août 2021 à Ouagadougou.

Quelques pans de la gestion comptable non encore maîtrisés

En dépit des résultats satisfaisant, la mission de suivi-évaluation a constaté la persistance d’un dysfonctionnement chez moult opérateurs visités. « Le problème commun rencontré est la présence des certaines pièces justificatives des dépenses. Au début, des dépenses non conformes ont été effectuées et nous avons attiré l’attention pour leur prise en compte et présentement ils sont en train de les mettre à jour » a noté Djébal Konaté responsable de portefeuille PAIC GC au FDCT.

C’est donc sur des notes de collaboration fructueuse que les visites auprès des projets financés se sont achevées.

Mariam Ouédraogo/ Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Le 28 octobre est célébré la journée internationale du cinéma d’animation. Au Burkina Faso, le secteur a de l’avenir et peut être mis à profit pour exporter et vendre la culture burkinabè, foi de Serge Dimitri Pitroipa, président de l’Association burkinabè du cinéma d’animation (ABCA), également réalisateur producteur et directeur de PIT Production.

Mariam Ouédraogo (O M) : veuillez nous présenter brièvement l’ABCA !
Serge Dimitri Pitroipa (DP) : L’Association burkinabè du cinéma d’animation (ABCA), née en 2013 est l’une des premières associations du cinéma d’animation de la sous-région ouest-africaine. Elle regroupe des réalisateurs, des cinéastes, des peintres, des producteurs, des animateurs et toutes les personnes passionnées du cinéma d’animation. Son objectif est de promouvoir le cinéma d’animation, d’organiser des ateliers de formation et d’accompagner les structures de production de cinéma d’animation.

M O : En d’autres termes plus accessibles au citoyen lambda, comment définissez-vous le cinéma d’animation ?
D P : On peut aussi appeler le cinéma d’animation, le cinéma images par images. C’est l’ensemble d’images fixes qu’on transforme en mouvement.

M O : Comment y êtes-vous arrivé ? A votre actif, combien de séries animées avez-vous déjà produit, et combien sont diffusées ?
D P : A mon actif, j’ai déjà plusieurs films d’animation mais pas encore de série. La première, porteuse d’identité culturelle burkinabè est en train d’être parachevée et sera bientôt en diffusion sur les chaînes de télévision au plan national. Néanmoins, j’ai plusieurs courts métrages d’une à 10 minutes. Les plus vus sont « afrogame », « zozo » et « tempête dans une calebasse ».

M O : Comment se porte le cinéma d’animation au Burkina Faso ?
D P : Le secteur avait des difficultés mais avec le soutien du FDCT et de l’UE dans le cadre du PAIC GC, il est en train de voir la ligne d’horizon. Auparavant, il bénéficiait du soutien de l’ambassade royal du Danemark grâce à qui nous avons obtenu des renforcements de capacités au Burkina Faso et à l’extérieur. On peut dire que le secteur se porte très bien et de nombreux jeunes sont en train de se former pour y entrer.

M O : Quel est le parcours pour y parvenir ?
D P : Il y a plusieurs profils dans le métier. Des animateurs, des décorateurs, des cleaner et des dessinateurs. Au regard de la technicité du cinéma d’animation, la majeure partie du travail n’exige pas de grandes qualités de dessinateur. En exemple, le stop motion consistant en la manipulation des marionnettes. En plus du dessin animé, il y a entre autres le stop motion, la pixellisation. Pour faire du dessin animé, il faut être un bon dessinateur et avoir une bonne formation. Or, le Burkina Faso ne dispose pas pour l’instant d’une école de cinéma d’animation. Pour juguler le manque de formation, l’ABCA organise souvent des sessions de formation en animation avec le soutien du gouvernement burkinabè à travers le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) et le Fonds d’appui à la formation professionnelle et l’apprentissage (FAFPA). Avec le soutien de l’ambassade du royaume de Danemark et du FDCT, nous avons dispensé des formations à Koudougou, Dédougou et Bobo Dioulasso à travers le projet Burkina Animated.

M O : Est-ce qu’on peut vivre du métier de cinéma d’animation au Burkina Faso?
D P : (Rires) ! On peut vivre du métier de cinéma d’animation. C’est comme être producteur ou réalisateur de film mais le cinéma d’animation est encore plus compliqué parce qu’il n’est pas encore bien connu au Burkina Faso. Grâce aux petites productions, je crois que l’animateur peut vivre de son art et c’est d’ailleurs un métier d’avenir.

M O : Le PAIC GC est né au regard du rôle de la culture dans la vie socio-économique du pays, quelle appréciation faites-vous de ce programme ?
DP : Pour nous, ce programme est la bienvenue. Nous en avons reçu un financement pour la réalisation de la série de dessins animés « Malaika, patrimoine culturel d’une nation ». et c’est grâce à ce programme que cette série de dessin animé, « made in Burkina Faso » et traitant des réalités burkinabè existe.

M O : Quelles sont les difficultés que rencontre le secteur au Burkina Faso ?
DP : La diffusion est l’une des difficultés auxquelles nous faisons face au Burkina Faso. Désormais, l’avènement du numérique, plus précisément de Télévision numérique terrestre est en train de résoudre les difficultés liées à cet aspect. Egalement, il y a les défis liés à l’accès à la formation et aux financements. Certes, nous avons une équipe de petite taille au sein de l’ABCA mais pour une formation en animation il faut souvent faire appel à des professionnels de l’extérieur.

M O : Quel(s) message(s) portez-vous à l’occasion de la journée internationale du cinéma d’animation ?
DP : A l’ occasion de cette journée, nous aimerons interpeller nos autorités et les partenaires financiers sur l’importance du cinéma d’animation et l’importance de l’accompagner pour qu’il puisse valoriser notre culture. Aussi, le cinéma d’animation est un outil pédagogique, notre souhait est qu’on ait des partenaires pour pouvoir réaliser des projets et vendre notre culture.

Propos recueillis par Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM
Chargée de communication du PAIC GC