Ouagadougou, le 06 octobre 2023. La coordination du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) et ses partenaires ont validé le rapport diagnostic du plan de formation des agents du ministère en charge de la culture. Au cours de cet atelier, il était question d’examiner le rapport diagnostic du plan de formation des agents dudit ministère proposé par le consultant EDRIC SARL recruté à cet effet et de formuler des recommandations pour une optimisation du programme.

La révision du plan de formation des agents du MCCAT intervient dans le cadre du PAIC GC. Objectif, l’adapter aux besoins et réalités des cibles en vue de pouvoir impulser une dynamique de développement de la gouvernance des secteurs de la culture et du tourisme.

Ce plan de formation va concerner tous les agents du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCCAT). Tour à tour, le responsable syndical des agents du MCCAT, ceux de la direction des ressources humaines, des représentants des directions régionales du MCCAT, les assistants techniques long terme et la représentante de l’Union européenne au Burkina ont pu exprimer leurs préoccupations et formuler des recommandations pour la réussite de la mission. A l’issue des échanges, le rapport diagnostic a été validé par l’ensemble des acteurs.

Les agents des directions régionales du MCCAT et des différents services du ministère ont pu formuler des recommandations propres à leurs conditions de travail

Quatre recommandations sont issues de l’atelier.

La première formulée est une meilleure implication des autorités du département dans ce processus de révision du plan de formation notamment ceux des services de la direction des ressources humaines qui devront appuyer les consultants pour finaliser ce plan de formation. Également, la nécessité de tenir compte des curricula des différentes écoles de formation pour permettre d’optimiser la formation, de répertorier les besoins de développement individuel et d’en faire une annexe et celle de planifier dans les budgets l’enveloppe dédiée à la mise en œuvre de ce plan de formation ont été évoquées.

Les agents du MCCAT expriment déjà un intérêt pour le plan de formation en construction

Notons que le consultant EDRIC Sarl a été recruté pour travailler en collaboration avec la direction des ressources humaines pour réviser ce plan de formation. A cette étape, il a déjà collecté les données primaires puis la documentation mise à sa disposition.  Le rapport provisoire est attendu d’ici le 16 octobre 2023.

 

Mariam OUEDRAOGO/Agence DEFICOM

Chargée de la communication du PAIC GC

La plateforme de distribution et de diffusion d’œuvres audiovisuelle et cinématographique à la demande « Yennega Movies » a été officiellement présentée à la presse et à ses partenaires le mercredi 20 septembre 2023 à Ouagadougou.  Produit du soutien du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC), elle se positionne comme un outil de promotion des œuvres cinématographiques africaines et particulièrement burkinabè.

L’application Yennega Movies a bénéficié d’une contribution de 33 millions francs CFA dans le cadre du 2e appel à projets du PAIC GC à travers le Fonds de développement culturel et touristique avec l’appui de l’Union européenne au Burkina.  Cet accompagnement accordé à la structure Yennega Movies lui a permis d’améliorer l’interface de la plateforme, d’acquérir 22 films burkinabè et de les y rendre disponible.

Les partenaires de la structure ainsi que les amoureux des arts du cinéma et de l’audiovisuel sont venus découvrir les innovations qu’apporte l’application

A travers cet outil, la structure promotrice veut offrir un espace de promotion du cinéma et des œuvres audiovisuelles burkinabè et africaines sur la scène internationale tout en facilitant l’accès aux contenus par le public local et de la diaspora. Ainsi, elle contribue à soutenir les producteurs de films burkinabè.

Pour y accéder, un abonnement mensuel d’un coût de 3000 francs CFA est sollicité. Cet abonnement permet de suivre en ligne des films, des séries, des documentaires, des contes, des spectacles d’humour, des concerts et bien d’autres contenus spécialement africains. A ce jour, plus d’une centaine d’œuvres audiovisuelles y sont répertoriées.

Pour la Directrice générale Yennega movies, Haïnata Larba Ilboudo, la plateforme a pour but de créer un pont entre le cinéma local et le monde entier, de favoriser l’échange culturel et de célébrer notre identité africaine.

L’application Yennega movies est téléchargeable sur Play store et App store. Elle est également disponible sur le site web www.yennegamovies.com

Le service communication du PAIC GC

Avec le service communication du FDCT

Du 18 au 23 septembre 2023 à Bobo Dioulasso se tient la session de renforcement des capacités des acteurs de la culture et du tourisme culturel de la région des Hauts-Bassins sur la gouvernance associative.  Cette session se déroule avec l’appui du PAIC GC à travers le Conseil régional des Hauts-Bassins et la Direction régionale de la Culture des Arts et du Tourisme en vue d’une meilleure pratique de gestion des structures associatives culturelles dans la région.

Durant sept jours, cette session de renforcement des capacités est organisée au profit de leaders des structures associatives culturelles des Hauts-Bassins. Elle a pour objectif de renforcer les capacités de 108 acteurs de la culture et du tourisme culturel sur la gouvernance associative. Et de les doter d’outils à même de renforcer le dynamisme de leurs structures. Elle est axée entre autres sur la gestion administrative et financière des associations, l’exercice de redevabilité, les outils juridiques et techniques de base d’une association…

Avec l’accompagnement du PAIC GC et le soutien de l’Union européenne au Burkina Faso, le Conseil régional des Hauts-Bassins a diligenté le recensement des structures associatives culturelles au plan local. 115 structures associatives ont pu être recensées et regroupées par filières professionnelles. Mais sur le terrain, certains peinent à déployer leurs activités et à contribuer efficacement au développement de la collectivité. D’où l’intérêt de cette session de formation qui concerne cette fois-ci 108 structures associatives disposant d’un minimum d’expérience professionnelle. Ils seront répartis en trois groupes qui bénéficieront chacun de deux jours de formation.

David Sanon, le responsable de la composante  » décentralisation culturelle » portée par le Conseil régional

« Cela aidera au renforcement du cadre institutionnel au plan national et local et servira de rampe de lancement à un mécanisme national et pérenne de financement du secteur culturel, la formation de ressources humaines qualifiées et spécialisées ainsi qu’au renforcement de la planification culturelle » se réjouit David Sanon, responsable de la composante décentralisation culturelle du PAIC GC.

Rappelons que cette formation rentre dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture dans sa composante « Renforcement des capacités de la Direction régionale des Hauts-Bassins du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme et du Conseil régional des Hauts-Bassins ». Elle concerne des acteurs des filières des « arts de la scène », du « cinéma et de l’audiovisuel », des « arts plastiques et appliqués » ainsi que ceux du « tourisme culturel ».

L’un des objectifs majeurs de ce Programme est de soutenir le développement des filières culturelles prioritaires pourvoyeuses d’emplois.

 

Le service communication du PAIC GC

Avec le Service de la Communication et des Relations Publiques du Conseil régional des Hauts-Bassins

Le Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) est partenaire de la 3e édition de la Biennale internationale de la sculpture de Ouagadougou (BISO), un rendez-vous des arts sculpturaux prévu du 8 octobre au 8 novembre 2023 au siège du FESPACO. Elle est le couronnement de la résidence de création « compétences croisées » cofinancée par le PAIC GC à travers le FDCT avec l’appui de l’Union européenne au Burkina dont l’objectif est de redonner une place prépondérante à la sculpture au Burkina Faso.

Le projet « compétences croisées » de l’association Art et Culture BISO est lauréate d’une subvention de 25 123 875 F CFA du deuxième appel à projets du PAIC GC. Démarré en mai 2023, il est un cadre de rencontre et de partage d’expérience des artistes plasticiens sculpteurs venant de 12 pays dont le Burkina Faso. Du 4 septembre au 3 octobre 2023, Ouagadougou accueille ces participants en résidence créative, où ils produiront des œuvres artistiques à partir du thème « l’effet des origines ».  Au total 20 artistes y participent parmi lesquels 4 burkinabè.

Nyaba Ouédraogo est le président de l’association Art et culture BISO qui organise pour la 3e fois la biennale de sculpture.

Selon Nyaba Léon Ouédraogo, artiste photographe, promoteur de la Biennale internationale de sculpture de Ouagadougou (BISO), l’objectif du projet est de faire redevenir Ouagadougou la capitale internationale des arts plastiques. En plus d’y contribuer, ce projet revêt un bénéficie sur plusieurs volets pour les artistes burkinabè. Les artistes sculpteurs burkinabè ont l’occasion de participer à un rendez-vous de la sculpture d’une grande envergure en Afrique où participent au moins une dizaine de nationalité. Également selon ses dires, il permet la production et la mise en marché d’œuvres d’art tout en tissant de nouvelles relations de partenariats.

La contribution du PAIC GC permet aux organisateurs de l’évènement « de prendre en charge une partie des frais d’organisation de la résidence de création et les allocations des artistes. » Cet appui nous est très important et nous apporte une bouffée d’oxygène, renchérit Nyaba Léon Ouédraogo.

 

Mohamed Bomboly Keita, artiste sculpteur venu du Mali, en pleine création pendant la résidence « Compétences croisées »

A la suite de la résidence créative, il est attendu du 4 au 8 octobre 2023, la semaine de vernissage et du 8 octobre au 8 novembre la grande exposition des œuvres sculpturales au siège du Fespaco qui connaitra la participation de galeristes et d’acheteurs internationaux.  Elle se veut à la fois une école   d’art, un cadre de rencontre et de partages d’expérience avec des artistes plasticiens du Burkina Faso et d’ailleurs.

Contact :  00226 54 96 85 98 / 78 78 18 08

Mariam Ouédraogo /Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

La première session ordinaire de l’année 2023 du comité de revue du Programme budgétaire pilotage et soutien aux services du ministère en charge de la culture (MCCAT), dont le PAIC GC est l’unique programme toujours en cours d’exécution au sein de ce ministère avec l’appui de l’Union européenne au Burkina Faso a eu lieu le 16 août 2023 à Ouagadougou. La coordination du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) y a présenté le rapport de mise en œuvre dudit programme à la date du 31 décembre 2022 et le rapport de mise en œuvre à mi-parcours du premier semestre de l’année 2023.

Le plan de travail et de budget annuel (PTBA) de mise en œuvre du PAIC GC connait des avancées. En témoigne le rapport annuel de mise en œuvre au 31 décembre 2022. De 66,65% en novembre 2022, le taux d’exécution annuelle est passé à 72, 18%.  Sur la même période, la réalisation financière est passée de 8,51% à 54,05%. Ces données sont le compil des résultats engrangés au sein des trois composantes du Programme.

Au terme de la présentation des résultats, les membres du comité ont émis des observations quant aux données visionnées. Les membres des faîtières du cinéma, des arts de la scène et des arts plastiques, représentés par leur responsable ont félicité le Programme à travers le ministère en charge de la culture et son partenaire financier, l’Union européenne au Burkina Faso pour les résultats atteints grâce au soutien du PAIC GC. Unanimement, ces faitières ont formulé la recommandation d’orientation de l’appui du Programme pour leur accès aux marchés internationaux.

Par ailleurs, l’équipe de l’Assistance technique-Long terme du Programme n’a pas manqué d’interpeller la coordination sur le suivi de la mise en œuvre effective des projets lauréats des appels à projets et la disponibilisation des ressources financières à leur endroit pour diligenter le processus de mise en œuvre dans le souci de tenir compte des échéances de clôture du programme.

Une des membres ayant participé aux travaux de la première session de l’année 2023 du comité de pilotage du PAIC GC

 

La passation des marchés bientôt diligentée

Depuis le 1er août 2020 a débuté la phase opérationnelle du PAIC GC avec au compteur un certains nombre de marchés à passer, d’études et de sessions de renforcement des capacités des agents du MCCAT et des opérateurs culturels privés à mener. Toutefois, le rapport note une faible exécution des marchés. Sur 27 marchés programmés, un a atteint une phase d’attribution avancée. Sur cet aspect, le comité a saisi la coordination pour obtenir l’état d’avancement de ceux en cours d’attribution au titre de l’année 2023. A ces préoccupations, les équipes en charge de la question ont rassuré de la prochaine exécution des marchés en attente. Mieux certains sont déjà en bonne voie, ont-ils rassuré.

Le bilan d’exécution à mi-parcours du PTBA à la date du 30 juin 2023 a également été soumis à l’appréciation du comité.

Djibril Belem, directeur du suivi-évaluation et de la capitalisation du PAIC GC a au nom du coordonnateur du Programme présenté le bilan au 31 décembre 2022 et au 30 juin 2023

Parmi les indicateurs clé de performance, quelques résultats majeurs ont été atteints en 2023. Il s’agit de 1731 emplois crées dans les filières prioritaires ciblées sur 500 attendus. 163 agents du MCCAT sur une cible prévisionnelle de 149 ont été formés pour les différentes fonctions d’accompagnement économique des opérateurs culturels, la planification régionale et locale. Dans les Hauts-Bassins, 15 communes sur une prévision de 10 sont dotées de stratégies culturelles et 33 structures financées par le bureau régional du FDCT contre 20 attendues. L’Etat et ses partenaires ont mobilisé 4435 millions d’euros à la disposition du FDCT sur un montant prévisionnel de 2000 millions d’euros. Sur une cible de 250 opérateurs culturels et touristiques privés à former, finalement 355 ont été bénéficiaires. Au plan national une enveloppe de plus de 3 milliards FCFA a servi à financer 154 projets structurants.

Le comité a donc validé le rapport soumis à leur appréciation et espère voir une amélioration des indicateurs toujours faible d’ici à la prochaine session du comité de revue.

Mariam OUEDRAOGO/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

A Ouagadougou, le 11 août 2023, la coordination du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) ; l’Unité de gestion du programme, l’Assistance technique- Long terme et les partenaires de mise en œuvre du PAIC GC ont reçu au cours d’une rencontre de cadrage le prestataire recruté pour l’étude d’actualisation du répertoire et de la cartographie des opérateurs culturels et touristiques au Burkina Faso, l’ingénieur-statisticien Harouna Wassongma et son équipe.   

Au menu des échanges, un examen minutieux de la feuille de route proposée par le prestataire pour l’actualisation du répertoire des opérateurs culturels. Ce fut l’occasion également pour les différentes parties de passer en revue les points saillants des Termes de références (TDR) de l’appel à candidature, de s’imprégner de la méthodologie et des approches que le consultant compte déployer pour l’atteinte des résultats escomptés. Aussi, les échanges ont permis aux différentes parties de poser leurs préoccupations et de lever toute équivoque sur la nature du document attendu.

Les membres de la Direction générale des études et statistiques sectorielles (DGESS) du MCCAT ont également pris connaissance de la feuille de route de l’étude d’actualisation du répertoire des opérateurs culturels et touristiques

En effet, dans le cadre du PAIC GC, le ministère de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme (MCCAT) a entrepris un certain nombre d’études pour renforcer le professionnalisme et la structuration des opérateurs culturels. Parmi ces études figure la mise en place d’un répertoire unique et centralisé des opérateurs intervenants dans les différents maillons de la culture et du tourisme au Burkina Faso.   Toute chose qui permettra de mieux orienter les différentes interventions envers les opérateurs culturels.

Harouna wassongma, ingénieur-statisticien retenu dans le cadre de l’étude d’actualisation du répertoire et de la cartographie des opérateurs culturels et touristiques au Burkina Faso répondant aux questions du comité

En ce qui concerne la démarche et la nature du document attendu, le coordonnateur du PAIC GC, Mambourou Soma s’est voulu on ne peut plus clair. « Ce n’est pas un recensement mais plutôt une actualisation des données du répertoire des opérateurs culturels et touristiques de 2015. »  « Il ne s’agit pas d’effectuer un recensement des organisations, associations et entreprises culturelles et touristiques sur le terrain mais plutôt de s’imprégner des résultats des différentes enquêtes déjà menées par plusieurs institutions et les structures déconcentrées du ministère en charge de la culture pour les mettre à jour » a-t-il précisé.

Le coordonnateur du PAIC GC , Mambourou Soma a tenu à préciser la nature du document attendu

Le répertoire devra permettre de localiser et de recueillir un ensemble d’informations utiles sur ces opérateurs en appoint des données du dernier répertoire produit en 2015. Comme innovation introduite, le nouveau répertoire sera rendu accessible en ligne.

L’assemblée a par ailleurs formulé des recommandations au consultant pour la bonne exécution de sa mission, notamment la prise en compte de l’ensemble des zones géographiques au Burkina Faso et du secteur de la restauration.

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

 

Du 2 au 5 août 2023 à Ouagadougou, des agents de la Direction générale des études et statistiques sectorielles (DGESS) et de la Direction générale du tourisme (DGT) du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCCAT) ont suivi la deuxième session de renforcement des capacités sur l’utilisation du logiciel de collecte de données statistiques, CS pro. Une initiative rendue possible dans le cadre de la mise en œuvre du PAIC GC dont l’une des composantes consacre le renforcement de la gouvernance culturelle et des capacités des acteurs des structures du MCCAT.

« CS Pro » est une application destinée à collecter des données sur les grandes populations. C’est un outil qui permet de produire une base de données par la collecte d’informations via les Paper Assisted Personnal Interview (PAPI) et la Collecte mobile aux moyens de tablettes ou de smartphones.

Au total 30 agents repartis entre les services de la DGESS et de l’Observatoire de la culture et du tourisme au Burkina Faso (OBSTOUR), toutes des structures du MCCAT ont bénéficié du renforcement des capacités sur l’utilisation du logiciel CS Pro. Deux sessions ont été dispensées. Soit 15 participants au cours de chaque session.

Cette formation a pour objectif d’améliorer qualitativement le processus de collecte des données statistiques au sein du secteur de la culture, qui a souffert pendant longtemps de l’absence de données statistiques sur certains maillons du secteur.

Les agents de la DGESS et de l’OBSTOUR ont désormais les rudiments pour diligenter la collecte et le traitement des données statistiques dans leurs départements

Selon le consultant dans le cadre de la formation sur la conception de masse de saisie au moyen de CS Pro, Placide Somé par ailleurs ingénieur-statisticien, cet outil a l’avantage de réduire le temps de collecte et de traitement des données par rapport à la méthode traditionnelle de collecte des données qui consistait à collecter les données sur papier puis les saisir. Le volet « saisie » est supprimé parce que la collecte des données se fait en même temps que les saisies.

Le consultant dans le cadre de la formation sur la conception de masse de saisie au moyen de CS Pro, Placide Somé

Les statistiques sont des outils d’aide à la décision.

Les participants apprécient l’initiative. Pour Assane Compaoré, statisticien à la DGESS, « jusque-là, nous utilisons d’autres logiciels pour la collecte des données statistiques. La formation sur CS Pro nous est bénéfique car cet outil a des variantes que les autres logiciels n’ont pas jusqu’à présent et nous permet d’utiliser de nouveaux outils ».

De son côté Alice Ouoba/Tingueri, directrice de la statistique et de la prospective qui découvre les concepts de cet outil pour la première fois, remercie le PAIC GC et ses partenaires pour l’aubaine qui lui a été offerte. Elle repart avec les rudiments pour mener à bien la mission de collecte de données mais également aider à la prise de décision.

  Alice Ouoba/Tingueri, directrice de la statistique et de la prospective découvre les concepts de l’outil CS Pro pour la première fois

Assane Compaoré, statisticien à la DGESS , salue l’initiative  qui lui permet de nouveaux outils qu’il ne trouvait pas sur les autres application de collecte de données

 

Les missions assignées aux départements bénéficiaires de ces formations sont entre autres la rédaction de l’annuaire statistique et la disponibilisation des données statistiques sur les différents secteurs de la culture. Ce renforcement des capacités revêt une importance. Car les enjeux des données statistiques sont beaucoup plus importants au niveau du secteur de la culture pour son rôle dans la vie socioéconomique au Burkina Faso, a conclu l’ingénieur statisticien Placide Somé.

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC

Du 26 au 30 juillet 2023, les acteurs de mise en œuvre des trois (03) composantes du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) se sont réunies a Koudougou pour l’élaboration des documents préparatoires de la première session ordinaire de l’année 2023 du comité de pilotage du Programme.
Comme le stipule l’article 17 du décret 13/83 qui régit les projets et programmes de développement au Burkina Faso, le comité de pilotage se réunit deux fois par an en session ordinaire (fin juillet et fin décembre) en vue entre autres d’examiner et d’adopter les rapports d’exécution et d’avancement de chaque projet.
Dans le but donc de se soumettre à ces dispositions réglementaires et d’assurer une meilleure exécution du plan de travail et du budget annuel 2023 du PAIC GC, les membres des 03 composantes ont élaboré conjointement le rapport de mise en œuvre du Programme au 31 décembre 2022 et le rapport d’avancement au 30 juin 2023. Les deux documents seront soumis à l’examen et à l’adoption du comité de pilotage.

Les membres des institutions partenaires de mise en œuvre du PAIC GC ont participé aux travaux

Selon la feuille de route établie de concert avec les parties prenantes du Programme, à savoir l’Union européenne, le ministère en charge de l’économie et les faitières des opérateurs culturels ; le comité de pilotage est prévu pour se tenir le 11 août 2023 au MCCAT.

Jérôme Zoungrana, chargé de Programme PAIC GC

En attendant cette date, la phase d’élaboration des documents préparatoires est une étape de rigueur. « Il ne s’agit pas d’agréger des taux » a rappelé Monsieur Jérôme Zoungrana, chargé du Programme. « C’est un exercice au cours duquel les responsables de chaque composante dressent le bilan sans complaisance des résultats à mi-parcours en ce qui les concerne et l’assistance les valident après une vérification des données dont elle a également connaissance. En plus des résultats issus des phases de terrain présentés, les difficultés de mise en œuvre des activités sont recueillies et une piqûre de rappel est souvent faite aux responsables d’entité pour la diligence des activités en suspens.

Une vue des agents du ministère en charge de la culture, présents aux travaux

Mariam Ouédraogo/ Agence DEFICOM
Chargée de communication du PAIC GC

Dans le cadre du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC), le premier Vice-président de la délégation spéciale régionale des Hauts-Bassins, Mahamadou BARRY a procédé ce 20 juillet 2023, à Bobo Dioulasso, à la remise officielle de matériels de sonorisation et de lumière aux promoteurs d’espace culturel de la région.

La mise aux normes des espaces culturels consiste à les accompagner par l’acquisition de matériels de sonorisation et de lumière ainsi que des aménagements nécessaires pour optimiser leur fonctionnement. Elle a été réalisée dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie régionale de la Culture et de son économie (SRCE) avec le soutien du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC) cofinancé par l’État burkinabè et l’Union européenne.

Ainsi, le PAIC GC participe à cette dynamique dans le but entre autres d’équiper les espaces culturels et stimuler leurs contributions au développement économique et social de la région.

La photo de famille à la fin de la cérémonie de remise de matériels de sonorisation et de lumière aux responsables d’espaces culturels des Hauts-Bassins

Un processus de sélection rigoureux

 Le choix des espaces bénéficiaires de ce matériel s’est fait selon une démarche méthodique. Un comité a d’abord procédé au recensement de l’ensemble des espaces tenus par des promoteurs privés. Ensuite, des présélections ont été opérées suivant les critères autour de la vie de ces espaces ainsi que leur répartition géographique sur le territoire régional. Une série de sorties sur le terrain ont enfin permis au comité d’arrêter une liste définitive de bénéficiaires sur les trois (3) provinces de la région.

Ce lot de matériels est composé de micro, de câble micro, de pieds de micro, de back line complet, d’amplis, de mixeurs, d’enceintes acoustiques, de piano, de lampes projecteurs LED, d’ampoules robot et de projecteur d’une valeur de treize millions huit cent mille cinq cent (13 800 500) francs CFA.

David Sanon, responsable de la composante  » décentralisation culturelle » du PAIC GC affectée à la région des Hauts-Bassins

David Sanon, le responsable de la composante du PAIC GC porté par les Hauts-Bassins a exhorté les promoteurs d’espaces culturels bénéficiaires, à utiliser ces matériels à bon escient pour permettre le rayonnement culturel de la région.

Il faut noter que le Conseil régional est chargé de la mise en œuvre de la composante « décentralisation culturelle » attribuée à la région des Hauts-Bassins dans le cadre du PAIC GC.

Le service Communication du PAIC GC

Avec le Service Communication et des Relations Publiques du Conseil Régional des Hauts-Bassins

 Basée à Sindou dans la région des Cascades, à environ 492 km de Ouagadougou, la Société coopérative simplifiée (SCOOPS) Rehoboth est lauréate du 2e appel à projets du Programme d’appui aux industries créatives et à la Gouvernance de la culture (PAIC GC). Avec cet accompagnement reçu, elle renforce ses moyens logistiques de production de pagnes traditionnels Faso Danfani et forme au moins 15 femmes déplacées internes au tissage.

La Société coopérative simplifiée (SCOOPS) Rehoboth de Sindou change de cap en matière de production de pagnes traditionnels burkinabè grâce à l’appui du PAIC GC.  En effet, pour la réalisation du projet « Renforcement des capacités de production de tissus Faso Danfani », la structure a reçu une subvention du Programme à travers le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) avec l’appui de l’Union européenne au Burkina Faso. Ce projet qui consiste en renforcer les capacités des employées de la structure à l’usage des grands métiers à tisser et la formation de 15 femmes déplacées internes au métier du tissage vise également à doter de moyens logistiques pour améliorer ses capacités de production.

Gnissiria Bado/Traoré, responsable de la Société coopérative simplifiée (SCOOPS) Rehoboth de Sindou

A ce stade, nous avons pu acquérir du matériel dont 15 grands métiers à tisser, 9 machines à ourdissage, 12 foyers à gaz, 10 bassines inoxydables, 10 cuvettes inoxydables et 4 foyers de gaz, confie Gnissiria Bado/Traoré, responsable de la Société coopérative simplifiée (SCOOPS) Rehoboth de Sindou, rencontrée en marge de la 20e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC), tenue du 29 avril au 6 mai 2023 à Bobo Dioulasso. Ces moyens sont acquis avec l’appui du PAIC GC.

Les machines à ourdissage acquises grâce au financement du PAIC GC

Cet accompagnement va sans doute améliorer également les pratiques quotidiennes de la Société qui jusqu’à présent produit les tissus Faso Danfani à l’aide de petit métier à tisser, à petites bandes. Grâce aux grands métiers à tisser acquis avec le financement du PAIC GC, la coopérative diversifie la qualité de ses œuvres.  L’avantage de la bande large est la réduction sensible du temps de travail et la nature du produit. Plus besoin d’assembler les bandes en couture à la fin du tissage.

Scoops REHOBOTH de Sindou a également acquis des bouteilles à gaz et des foyers de gaz dans le cadre du financement du PAIC GC

15 nouvelles employées pour réduire la vulnérabilité des femmes déplacées internes

En somme, les deux types de métiers à tisser vont accroître les capacités de production de pagne traditionnels de la coopérative.  Les employées de la coopérative travailleront sur les métiers à bandes larges après avoir subies des sessions de formation sur l’usage dudit matériel. Parallèlement, des femmes déplacées internes seront recrutées et formées au tissage de pagnes traditionnels avec les petits métiers. Après leur intégration au sein de l’association et la maîtrise des petits métiers à tisser elles pourront également s’essayer au tissage sur les grands métiers à tisser.

Au total, 30 personnes sont bénéficiaires de ce projet. Son coût total s’élève à un peu plus de 27millions FCFA dont une subvention de 23 567 950FCFA accordée du PAIC GC. Le projet à une durée de 12 mois.

La SOOPS Rehoboth est spécialisée dans le tissage du pagne traditionnel Faso Danfani, la teinture et la transformation des produits forestiers non ligneux.

Leurs contacts : 76 08 18 22/ 71 63 36 18

Email : gnissiratraore@gmail.com

Mariam Ouédraogo/Agence DEFICOM

Chargée de communication du PAIC GC